2009 : les 35 ans du LOA à l'ENSTA Palaiseau

Afficher toutes les entrées

Edité le 03/12/2009

Le LOA fête en 2009 ses 35 ans d’activités scientifiques sur le site de l’ENSTA Palaiseau. Issu d’une chaire de Physique de l’Ecole Polytechnique (implantée à Paris) en 1960 attribué au Professeur Vignal, l’activité Etudes des lasers et de leurs applications amène à la création du LOA en 1972 comme laboratoire commun Ecole Polytechnique – ENSTA. Le LOA devient ensuite Unité Mixte Associée INSERM en 1984 et Unité Mixte Associée CNRS en 1989.

Le LOA rentre de plein fouet dans le domaine des lasers ultrabrefs à la fin des années 1970 en mettant au point le premier laser sub-picoseconde français (laser à colorant) grâce à une collaboration entre l'équipe du LOA (A. Antonetti, G. Grillon, G. Hamoniaux, A. Migus) avec C. Shank et E. Ippen alors aux Bell Labs. Puis en 1988, le directeur du LOA A. Antonetti, avec l’impulsion de M. Gavrila et P. Agostini du CEA, a obtenu le financement d’un premier programme européen « Esprit et Stimulation »  pour réaliser au laboratoire le premier laser femtoseconde intense français. Le LOA fut également à cette époque le deuxième laboratoire au monde, après la première démonstration par W. Sibbett (Angleterre), à réaliser le blocage de mode par effet Kerr qui est un processus clé pour la réalisation de lasers femtosecondes efficaces.  Enfin, un partenariat soutenu avec le laboratoire LULI de l’Ecole Polytechnique au début des années 1990, a permis de lancer l’activité de physique de l’interaction laser plasma au LOA dans le régime femtoseconde intense.

Le LOA a depuis cette date continué de jouer un rôle de pionnier dans le développement des lasers intenses ultrabrefs et de leurs applications. Ses succès scientifiques accompagnés par une forte tradition de recherche de contrats, et notamment européens, ont également amené à la création de spin off du laboratoire à partir de ses équipes : le laboratoire CELIA à Bordeaux, le LOB à l’Ecole Polytechnique, l’ILE sur le plateau de Saclay. Le LOA est devenu Unité Mixte de Recherche (UMR) en 1997 et continue à se développer. Il compte actuellement 7 groupes de recherche et 90 personnes.

print Fond clair, écriture sombre English